Marie - Madeleine FOURCADE
Lycée Général et Technologique
Gardanne
 

Sur le chemin des énergies

lundi 19 mars 2018, par M. Loisy, webmestre

Les classes de 2des 2, 6, 7, 9 et 12, impliquées dans le projet Gardanne 2030, se sont rendues au mois de janvier sur le chemin des énergies à Gardanne.
Voici les comptes-rendus de Jeanne, de Bastien, de Matthieu et de Julien et les photos de Prune et de Bastien, élèves de 2de 12.

Mesdames Bollé et Crouzel et Monsieur Cabras.

Compte-rendu de Jeanne

Stop 1
L’arrêt n°1 se situe dans une nature typiquement provençale. Nous pouvons voir une faune ( oiseaux ) et une flore ( pins, cannes de Provence ) développées. Nous pouvons aussi voir un aménagement humain ( route), et en distinguer un autre (panneaux).

Stop 2
A l’arrêt n°2, nous pouvons voir que les panneaux sont des panneaux solaires ou photovoltaïques et pas des panneaux thermiques. Ils produisent donc de l’électricité et non pas de la chaleur. Cette électricité est produite grâce à la navigation des électrons. Ces panneaux sont gérés par Urbasolar et se situent sur une superficie de 9 hectares.
Panneaux solaires

Stop 3
Près de l’arrêt n°3, on peut voir des gravats. Ce sont les gravats de la carrière Malespine, qui fonctionne en partenariat avec la décharge. En effet, les déchets ultimes peuvent être éliminés soit en étant incinérés, soit en étant enfouis, comme ici dans la décharge. C’est la SEMAG qui s’occupe de ces déchets, en les mettant dans les trous déjà creusés de la décharge. Ces trous sont couverts d’une bâche géotextile pour empêcher le lixivia (liquide) de s’écouler dans le sol. La carrière, gérée par Durance Granula, récupère le méthane CH4 dans des cuves.

Stop 4
A l’arrêt n°4, nous pouvons voir que cela produit de l’électricité pour 10.000 personnes. Nous apprenons aussi que les déchets sont concassés par des machines.

Stop 5
Nous parlons de l’usine thermique à l’arrêt n°5. Sa plus haute cheminée atteint les 300 mètres de haut, afin que les fumées ne soit pas rejetées dans notre atmoshère trop proche. Cette usine est ancienne, avant elle fonctionnait au charbon. Mais cette centrale Uniper n’a plus le droit. Maintenant elle fonctionne donc au bois ( biomasse ). Pour utiliser du bois, il faut gérer les forêts. Cependant, ce bois n’est pas du bois local : il vient du Brésil et d’Espagne. Nous parlons aussi de l’usine Altéo, qui produit de l’alumine, un matériel utilisé dans de nombreux secteurs. Elle utilise de la bauxite de Brignolles pour sa fabrication. Mais cette production produit des déchets : les boues rouges, qui étaient avant rejetées dans la mer. Maintenant, puisqu’une partie y est rejetée, le reste est transformé en Bauxaline. Enfin, nous apprenons qu’il y avait deux puits de charbon à Gardanne.

Stop 6
A l’arrêt n°6, nous apprenons qu’il y a 38.000 panneaux solaires sur le site. Pourquoi autant ? Car ce site a plusieurs avantages : il est en plein soleil et est peu cher car inconstructible ( sol meuble). Ces panneaux produisent de l’énergie pour 5.000 familles.

Stop 7
Au dernier arrêt, Eve nous dit que pleins d’autres communes utilisent l’énergie solaire grâce aux panneaux solaires. Enfin, nous voyons la réserve d’eau de la centrale thermique au cas ou leur stock de bois prendrait feu .

1) Ce que j’ai aimé et ce que j’ai moins aimé :
J’ai aimé :
⁃ le sentier bien pensé ( facilité d’accès, bons points de vue …)
⁃ le fait que la décharge et la carrière fonctionnent ensemble, en circuit court.
⁃ la vue sur la Ste Victoire
⁃ les informations données par Eve
⁃ les emplois donnés par les différentes entreprises
⁃ le fait que l’énergie solaire, une énergie propre, soit très utilisée
⁃ les interventions avec les élèves
⁃ les moyens mis en place pour réduire l’impact environnemental de Gardanne
⁃ les mouettes
J’ai moins aimé :
⁃ la température (il faisait vraiment trop froid à cause du vent )
⁃ l’odeur
⁃ le fait que Altéo et la centrale thermique soient vraiment des usines TRES TRES polluantes

Compte rendu de Bastien

Le mercredi 17 janvier 2018, nous avons effectué une sortie scolaire ayant pour thème "Le Chemin des Energies", sur le chemin de Sauvaires à Meyreuil, avec Mme Bollé, Mme Crouzel et M. Cabras. Nous sommes partis du lycée MM. Fourcade en bus jusqu’au site de la décharge de la Malespine.

Comme nous l’a dit notre guide Eve, cette décharge a pour but la création de biogaz, grâce au "système Malespine", qui permettra la création d’électricité. Nous savons que les déchets sont soit incinérés, soit enfouis pour avoir des déchets ultimes. Le système Malespine consiste au remplissage des trous de la partie carrière (gérée par l’entreprise Durance Granula) par des bâches géotextiles sur lesquelles sont déposés des gravats puis les déchets, non recyclés, que nous produisons afin d’éviter la pollution de la terre par infiltration par un liquide toxique nommé lixivia.

Tous ces procédés permettent d’arriver à des déchets ultimes enfouis. Ici c’est la société SEMAG qui s’occupe de l’enfouissement. Des tubes sortant de terre conduisent les gaz produits par ces déchets, en décomposition, et notamment le méthane de formules chimiques CH4. 5000 personnes sont ainsi alimentées en électricité provenant du biogaz. Actuellement sous terre des millions de déchets sont en attente de décomposition.

Puis nous avons pu voir de nombreux panneaux solaires. Eve nous a expliqué leur fonctionnement : navigation d’électrons grâce au soleil pour créer de l’électricité. Environ 38 000 panneaux solaires, gérés par l’entreprise UrbaSolar, sont aujourd’hui installés, sur des blocs de béton, et situés ici car le prix du terrain n’est pas excessif puisque se sont des terrils et l’exposition au soleil est constante.

À Gardanne d’autres solutions sont utilisées pour créer de l’électricité comme la biomasse : l’utilisation de bois remplaçant celle du charbon considéré comme trop polluant (son utilisation étant interdite) dans la centrale (UNIPER). Malheureusement sur le plan climatique, ce système s’avère encore plus polluant puisque le bois est importé du Brésil et d’Espagne (le transport créé de la pollution).

Eve nous a ensuite expliqué qu’à partir de la bauxite, minerai que l’on trouve dans les carrières, l’usine Alteo fabrique de l’alumine ou oxyde d’aluminium de formule chimique Al2O3 et que les déchets de cette transformation s’appellent les boues rouges (bauxite + soude). (Le teint rouge de la bauxite provenant des oxydes de fer présents dans le minerai) Cependant un problème majeur dû au nombre d’usines implantées à Gardanne reste à traiter, celui de la pollution.

Le chemin des énergies sera bientôt en autonomie c’est-à-dire que chaque personne pourra y accéder et ainsi comprendre l’importance du recyclage et du gaspillage énergétique grâce à l’installation de panneaux explicatifs jalonnant le parcours.
Le site est bien situé puisque éloigné de la ville, il permet aux habitants de ne pas subir des nuisances sonores (va et viens de camions) et olfactives (odeurs de décomposition des déchets) d’autant plus qu’une grande quantité d’oiseaux notamment des gabians (mouettes) venant de la mer font beaucoup de bruit et créent des nuisances et des dégradations à cause de leurs déjections.

Les conditions météo (fort vent) ne pouvaient pas nous permettre d’entendre tout ce que la guide nous disait. Il aurait été préférable qu’une explication soit donnée en classe en amont afin que l’on puisse mieux comprendre et lui poser des questions. Cependant cette sortie a été bénéfique puisqu’elle nous a permis de voir et comprendre d’où venait l’énergie que nous utilisons ainsi que l’importance du traitement de nos déchets notamment ceux des usines présentes dans notre ville.

Compte-rendu de Matthieu

Le mercredi 17 janvier 2018, notre classe de 2nd12 a réalisé une sortie dans le cadre des énergies. Nous avons été guidés par Eve, lors d’un parcours nommé « le chemin des énergies ». Elle nous a arrêté à des points précis du parcours :

⁃ 1er STOP : Après quelques dizaines de mètres parcourus, Eve nous arrête une première fois, elle nous explique qu’un panneau présentant le chemin va prochainement être installé. On devine une construction en haut de la colline.

⁃ 2e STOP : Au 2e arrêt, nous arrivons devant des panneaux photovoltaïques. Notre guide nous explique alors la différence entre les panneaux photovoltaïques et les panneaux thermiques ainsi que l’emplacement stratégique des installations.

⁃ 3e STOP : On arrive ensuite au 3e stop, le plus important selon Eve. Il s’agit d’une vue d’ensemble sur le système Malespine. C’est donc une ancienne carrière transformée en décharge de déchets ultimes. Des cavités sont préparées avec des bâches géotextiles et des gravats issus de bâtiments détruits… Les déchets y sont ensuite enterrés. Lors de leur décomposition ils rejettent un gaz, le méthane (formule CH4), qui est récupéré et réutilisé. Tout cela est géré par la CEMAG en partenariat avec Durance Gravats.

⁃ 4e STOP : Lors du 4e arrêt, Eve nous parle de la centrale thermique de Gardanne, sur laquelle nous avons une vue depuis notre position. Cette centrale a fonctionné au charbon pendant de longues années mais depuis des règlementations elle fonctionne au bois. Cependant, le bois utilisé provient de Pays étrangers (Espagne, Brésil). Ce qui déplait aux collectivités biologiques. Nous parlons aussi de la grande usine Alteo, qui transforme la bauxite en alumine. Ses rejets (boues rouges) sont très nocives pour les habitants proches.

⁃ 5e STOP : Eve nous donne plusieurs précisions sur les panneaux photovoltaïques : il y en a en réalité 38 000 sur tout le site et ils procurent de l’électricité à environ 5 000 familles.

⁃ 6e et dernier STOP : Enfin, Eve nous explique qu’il existe une réserve d’eau si le bois de la centrale thermique venait à prendre feu. Mais aussi que ce genre de site existe aussi dans d’autres communes.

Ce que j’ai aimé :
⁃ Circuit agréable et facile à faire donc accessible à tous.
⁃ Des panneaux explicatifs vont être installés donc le site est très instructif.
Ce que je n’ai pas aimé :
⁃ Odeurs très mauvaises lorsque l’on passe devant la décharge.
⁃ Lors de notre sortie il faisait très froid et il y avait du mistral, je conseille donc cette balade lorsque le temps s’y prête.

Compte-rendu de Julien

Le mercredi 17 janvier nous sommes allés nous renseigner sur des énergies renouvelables crées naturellements ou grâce aux déchets de l’homme.

Ce parcours nous a été présenté à partir de plusieurs stops. Au stop n°1 la guide nous a expliqué que ce parcours pourra, à l’avenir, s’effectuer en totale autonomie grâce à des panneaux qui nous guideront tout au long de celui-ci. Au deuxième stop, nous avons vu et appris le fonctionnement des panneaux solaires.

Les panneaux solaires utilisent la lumière du soleil (électrons qui se déplacent et génèrent donc de l’électricité. Pour les panneaux solaires, le mieux est de les exposer sur une plaine sans ombre. Pour information, les places d’exposition coutent plus cher dans le sud (car plus de soleil) que dans le nord et les panneaux solaires peuvent être fabriqués à partir de matériaux de récupérations.

Au troisième stop, le système de décharge de Malespine nous a été présenté. Dans ce type de décharge, les déchets sont soit enfouis soit incinérés. Sur le site des Malespine les déchets sont enterrés (entre une bâche géomenbrane pour ne pas polluer la planète et de la terre).

La décomposition des déchets produit du méthane (CH4) qu’il ne faut pas laisser s’échapper pour des raisons de protection de l’environnement. Donc ce gaz est récupéré grâce à des tuyaux pour être réutilisé par la suite pour produire de l’énergie : c’est bien ici un cas d’écologie.

Au 4e stop nous avons étudié les usines de Gardanne. Tout d’abord, l’usine située près du lieu où nous nous sommes rendus. Avec ses grandes cheminées (aussi haute que la tour Eiffel soit 300m) brûle du bois pour produire de l’énergie. Un problème survient alors : des lois interdisent de brûler du bois de la région. Alors cette usine importe celui-ci de Brésil ou d’Espagne. Ceci participe donc à la déforestation dans le monde, une démarche donc peu écologique.

Une autre usine qui produit de l’alumine et qui a fait beaucoup parler d’elle est Altéo. Réputée pour ses rejets de bouts rouges (matière cancérigène) , elle non plus n’est pas écologique.

Au niveau de l’avant dernier stop, nous avons encore vus des panneaux solaires. La guide nous a expliqué que ces 38 000 panneaux solaires alimentaient 5 000 foyers.
Au dernier stop, une réserve d’eau nous a été présenté. Des usines sont à proximité, donc si il y a un incendie ou un problème, cette réserve d’eau est là pour y remédier.

Mes impréssions
Tout d’abord j’ai aimé cette sortie malgrè ce temps décourageant. Elle était très instructive et la guide expliquait vraiment clairement et explicitement ses informations.
Mes remerciements donc à la guide et aux professeurs qui nous ont encadré.

PDF - 569.8 ko
Photos sortie
 
Lycée Général et Technologique Marie - Madeleine FOURCADE – Avenue du groupe Manouchian - 13120 Gardanne – Responsable de publication : J.-P. PEYRACHE
Dernière mise à jour : vendredi 18 septembre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille