Marie - Madeleine FOURCADE
Lycée Polyvalent
Gardanne
 

Choisir d’étudier le Latin et le Grec au lycée

mardi 26 janvier 2016, par M. Mirouze, professeur de langues anciennes

LANGUES ET CULTURES DE L’ANTIQUITE

En dépit d’une concurrence forte et légitime, il est parfaitement possible de choisir l’option de Langues Anciennes au lycée Fourcade, même si on en commence l’apprentissage. Je voudrais ici montrer la pertinence de cette étude qui souvent effraie au nom de diverses idées préconçues : le travail serait trop important ou le contenu souvent ennuyeux voire dépassé.

Il faut plutôt se montrer pratique, voire opportuniste, et considérer raisonnablement ce qu’est devenue à l’heure actuelle l’étude du Latin et du Grec au lycée. Le nouveau nom de ces deux matières, Langue et Culture de l’Antiquité, montre que nous n’envisagerons pas cet apprentissage comme une fin en soi ; nous ne formons pas des spécialistes.

- La première de toutes les raisons est sans doute le coefficient 3 accordé à cette épreuve du Baccalauréat : ainsi seuls les points obtenus au-dessus de la moyenne comptent et sont donc multipliés par trois. Le candidat présente une liste d’une dizaine de textes traduits et préparés pendant l’année de Terminale. Le jour de l’épreuve, trente minutes de préparation avec le dictionnaire et le manuel sont accordées : les risques d’échouer et de ne pas engranger des points supplémentaires semblent ainsi bien réduits. Les résultats en témoignent chaque année.

- La maîtrise de la Langue Française est le plus facilement repérable : l’orthographe, la grammaire, la construction des phrases, le sens et le choix des mots ; tout ce qui permet d’écrire et de s’exprimer clairement et qui de nos jours distingue un candidat d’un autre. L’expérience le prouve dès le premier C.V. remis lors d’une première embauche. Qui nierait cet avantage même si d’autres moyens existent pour progresser ? Il suffit de voir combien de cours de « remise à niveau » sont proposés aux étudiants après le Baccalauréat et plus tard aux adultes. Les Langues Anciennes permettent de voir les coulisses de la Langue Française ; la méthode est efficace. Pourquoi faudrait-il plus tard perdre du temps et parfois de l’argent alors que deux heures hebdomadaires proposent déjà au lycée de suivre ce type de cours en toute sérénité ? Mais le Latin et le Grec permettent surtout d’entraîner son esprit à la rigueur et à la logique. Ces Langues se situent dans le prolongement parfait du raisonnement que requièrent les Mathématiques et les Sciences, mais aussi la Philosophie et tant d’autres matières. Elles apprennent à organiser sa pensée, à cerner ses difficultés, à déceler ses faiblesses de méthode et de raisonnement, à les dépasser pour aller à l’essentiel et trouver des solutions. Travailler à l’analyse d’une phrase, à la cohérence de ce que l’on dit, exercer sa mémoire comme l’exigeront nécessairement des études supérieures, apprendre de façon concrète et pratique à utiliser ses connaissances et ses atouts, parvenir enfin à s’exprimer de façon à convaincre, comme le demandent tous les programmes du secondaire : voilà qui dépasse largement les idées que l’on se fait sur le Latin et le Grec !

- Enfin il est peut-être légitime de se demander si nous sommes vraiment concernés par ces Civilisations. Tant de siècles, tant de préoccupations, tant de progrès contemporains et notamment techniques nous en séparent. Et pourtant sommes-nous certains d’avoir vraiment changé ? Le Latin est indiscutablement la première des langues européennes ; elle en est la mère. Quels sont les jours où nous n’évoquons pas l’Europe ? Dans quel monde travailleront nos enfants si ce n’est celui-là ? Et encore : voilà quarante siècles que le Grec se parle sans aucune discontinuité ; la plus vieille des langues n’a-t-elle donc rien à nous apprendre ? Il est banal de constater que nos racines se trouvent là. Alors si nous ne savons plus où nous allons, nous pouvons au moins montrer à nos enfants d’où nous venons, afin qu’ils appréhendent mieux les difficultés de notre temps. Observer les Anciens, lire leurs textes et les connaître même dans leurs erreurs constitue de nos jours une arme dont on ne peut ignorer les avantages.

- Non, c’est vrai, les Langues Anciennes ne « servent » à rien ! Toutefois on peut se souvenir que le verbe « servir » repose sur la même racine que le mot latin « servus » c’est à dire « l’esclave ». Nos téléphones portables et nos ordinateurs sont devenus indispensables et nous « servent » en effet. Nous leur accordons notre attention 24h sur 24 (même s’ils nous trahissent parfois en étant eux-mêmes asservis à leur batterie et au réseau !) Et si modestement et à leur place les Langues Anciennes nous exerçaient aussi à une autre autonomie ? Elles ne sont pas « mortes » et si elles le sont ce n’est pas pour rien. Elles sont encore « utiles » : ce sont de véritables « outils » que l’on range et que la mémoire saura retrouver pour les « utiliser » le moment venu.


Remarque sur les effectifs :

Le Latin et surtout le Grec sont depuis longtemps le fait d’une minorité,
pourtant il est faux de croire qu’elles sont élitistes. Dans notre République tout le monde peut évidemment les apprendre. Elles montrent plutôt avec exigence le chemin des progrès et pourquoi pas la voie de l’excellence parce qu’elles donnent des outils pour travailler, pour progresser, pour aider à acquérir les moyens de se distinguer dans un monde si compétitif. Nos effectifs réduits font craindre notre disparition, une disparition dont on parle depuis près de cinquante ans ! Ils deviennent paradoxalement une force qui permet aussi au professeur d’accorder enfin toute l’attention nécessaire à chaque élève. On peut résoudre les difficultés de chacun. On peut même aider à aller plus loin ceux qui en montrent les capacités et, encore une fois, en dépassant l’apprentissage du Latin et du Grec. Mais cette année scolaire 2016-2017, trente-sept élèves ont choisi d’étudier ces langues au Lycée Fourcade.

Le professeur de Langues Anciennes B. Mirouze


Au moment du choix, n’hésitez pas à me rencontrer ou à me contacter par le biais de l’administration du lycée Fourcade ou de mon adresse académique (bruno-germ.mirouze@ac-aix-marseille.fr) et en me communiquant, si vous le souhaitez, votre numéro de téléphone.

 
Lycée Polyvalent Marie - Madeleine FOURCADE – Avenue du groupe Manouchian - 13120 Gardanne – Responsable de publication : J.-P. PEYRACHE
Dernière mise à jour : mardi 14 septembre 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille